1. Prototype de fleur jaune, de Claire BABET.- 2018.- Verre thermoformé et peinture au jaune d'argent, format 25x25cm.

1. Prototype de fleur jaune, de Claire BABET.- 2018.- Verre thermoformé et peinture au jaune d’argent, format 25x25cm.

Vous avez obtenu un Diplôme des Métiers d’Arts Décor architectural option traitement plastique et de la transparence à Paris et avez été primée de plusieurs prix et titres. Qui vous a donné envie de faire du vitrail votre profession ?
J’ai beaucoup dessiné durant mon enfance et après mon baccalauréat, pour faire un métier d’art, j’ai candidaté à l’Ecole Olivier DE SERRES où plusieurs ateliers de vitrail étaient délivrés.

Qu’est-ce que vous a apporté votre formation ?
Il y avait un enseignement général de l’histoire de l’art en première année, la pratique de croquis, le dessin et la peinture, au fur et à mesure la progression était de plus en plus complète.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite s’orienter ou se réorienter vers le vitrail ?
C’est un métier complet, et qui demande de longues années pour asseoir son activité. Soit l’on peut s’orienter vers un CAP, dont l’enseignement sera axé sur des ateliers, soit un Master en restauration avec des ateliers sur la peinture, le vitrail et la restauration où nous endossons toutes les casquettes. C’est également un métier très physique, il faut être mobile (déplacement sur les lieux d’intervention), ne pas avoir le vertige car lors des chantiers on est amenés à travailler sur des échafaudages en hauteur.

2. Echappée, de Claire BABET.- 2020.- Peiture sur verre, au format 21x29,7cm.

2. Echappée, de Claire BABET.- 2020.- Peinture sur verre, au format 21×29,7cm.

Pourquoi avoir choisi le verre comme matériau, moyen d’expression ?
Le verre peut être travaillé sous différentes formes par des applications diverses : on peut le colorer, le couper à des échelles variables, faire des miniatures ou du monumental. Il vit avec la lumière, ça change tout le temps, et c’est d’ailleurs un paramètre à anticiper.

Vous faites de la restauration et de l’entretien de vitraux, de la création contemporaine, et vous avez enseigné. Qu’est-ce qui vous plait le plus, et le moins, dans votre profession ?
Je n’ai pas de préférence. La relation à l’art et l’histoire de l’art, avoir les œuvres d’arts dans les mains… La création contemporaine est une expression propre. Ce que j’aime le moins c’est la gestion d’entreprise.

Lors d’une restauration dans un lieu sacré, comme celle en 2014 des vitraux de la Sainte-Chapelle à Paris, se met-on dans une condition particulière ? Ressent-on quelque chose de différent que pour une création contemporaine ? 
Une restauration terminée donne la fierté d’avoir mis en valeur un lieu historique. Il y a une pression supplémentaire car l’on veut que ce que l’on exécute soit de qualité. Une œuvre a une reconnaissance particulière, il faut beaucoup de soin afin de transmettre l’œuvre dans les meilleures conditions aux générations suivantes. Pour une création contemporaine, il y a l’enjeu de la reconnaissance, on se juge soi-même, c’est plus difficile à vivre.

3. Vue intérieure d'une verrière peinte par Claire BABET.

3. Vue intérieure d’une verrière peinte par Claire BABET.

Comment définiriez-vous votre démarche de création ? 
Le verre est comme une toile. Je dispose les éléments avec un maximum de liberté plastique.

Lorsque vous évoquez la création de vitraux de la cathédrale Notre-Dame de Chartres que vous avez restaurée, vous évoquez l’aspect humain qui ressort de l’édification d’un tel monument, et vous souhaitez que les récepteurs de vos œuvres les voient comme des appels au voyage, à la rêverie. Pensez-vous qu’aujourd’hui le vitrail est un  créateur de lien social ?
Oui absolument. Même en création. Le vitrail est dans un édifice donc il y a un attachement à l’édifice. Le patrimoine commun est différent d’une toile dans un salon. C’est un facteur de partage, c’est un objet communautaire. Le vitrail est vivant pour les gens et contribue à donner une ambiance à un lieu donc a un impact sur lui et eux.

Photographie d’illustration de Claire BABET.

Suivre Claire BABET :