Arabella est un groupe de pop rock fondé en 2017 entre Paris et Grenoble. Leurs morceaux sont empreints de poésie et d’énergie rock qui rappellent les morceaux sur lesquels ont dansé nos grand-parents au cours des années 60. Entrevue avec son chanteur et guitariste, Rémi GUIRAO, l’un des initiateurs du projet.

1. Portrait de Rémi GUIRAO, par Jessica CALVO.- Grenoble, 10/2019.- Photographie digitale.

1. Portrait de Rémi GUIRAO, par Jessica CALVO.- Grenoble, 10/2019.- Photographie digitale.

Parle-moi du groupe Arabella, comment vous êtes-vous rencontrés ? Qui a initié le projet et quels en sont les membres ?
Arabella est né sur Paris. On se connaît depuis hyper longtemps en fait, on est tous les quatre des amis d’enfance avec Noé TRYSTRAM, Quentin PLANCHENAULT et Quentin FAVERGER qu’on surnomme Fav. Sur un coup de tête, Noé m’a appelé pour monter un projet. On est resté un moment seuls, et on a composé. Puis, Quentin et Fav nous ont rejoints !

Quel est ton parcours musical ? Qu’est-ce qui t’a poussé à chanter ?
J’ai toujours aimé chanter même si mes parents ne sont pas du tout musiciens. Mon père avait une vieille guitare classique et vers dix ans, j’ai commencé à gratter n’importe quoi pour m’accompagner. Je gratouille toujours à mes heures perdues d’ailleurs (rires). Pour te dire, Quentin PLANCHENAULT lui, il était d’abord à fond sur le foot quand on s’est connu. Il voulait d’abord jouer de la guitare, et son père étant bassiste, il s’est mis à la basse et il aime beaucoup ça. Avec Fav, on était voisins et on répétait comme des bourrins dans la chambre de sa mère ! Les voisins devaient être contents ! (rires)

2. Arabella, par Jessica CALVO.- 2019.- Photographie digitale.

2. Arabella, par Jessica CALVO.- 2019.- Photographie digitale.

As-tu des inspirations musicales pour écrire tes chansons ? Est-ce que vous êtes plusieurs à composer dans le groupe ?
Je trouve de l’inspiration dans ce qui m’entoure, tout peut être un prétexte pour écrire, que ce soit le monde dans lequel on vit, notre rapport aux autres… Je sais que Noé aime bien écrire sur des histoires de cœur de manière assez poétique. On est tous les deux les compositeurs du groupe mais lorsqu’on répète, on ressent une synergie commune. On s’inspire vraiment les uns les autres. Il suffit par exemple que Fav lance un rythme à la batterie, puis Quentin s’ajoute à la basse et on arrive progressivement à mettre notre main à la pâte chacun.

Comment définirais-tu le style d’Arabella ?
C’est plus le public et la presse qui le définissent. Notre style serait un mélange de pop rock avec des constructions à l’anglaise mais des sonorités qui se rapprochent de l’américain. C’est une sorte de mix entre les deux qui nous touche beaucoup. Blues rock ‘n’ roll des années 60, complètement chargé de musiques pop actuelles comme Arctic Monkeys ou Muse…

3. Portrait de Rémi GUIRAO, par Rock 'n' pictures.- Paris, 10/2019.- Photographie digitale prise au Bus Palladium.

3. Portrait de Rémi GUIRAO, par Rock ‘n’ pictures.- Paris, 10/2019.- Photographie digitale prise au Bus Palladium.

Quels projets pour l’avenir ?
En janvier, on a fait quelques dates à Lyon et Paris. En février, on a été à Larsenik Festival qui a réuni plus de 3000 festivaliers. Nos futures chansons sont déjà prêtes. Dans les trois prochains mois, on sera beaucoup en studio pour les peaufiner et les travailler au maximum !

Le site s’appelle PausArt, comment décrirais-tu ta pause artistique ?
L’art, c’est ma passion. Je crée tout le temps, en musique. À côté de Arabella, je compose et j’écris pour d’autres artistes. J’ai un recueil de poésie qui a été édité d’ailleurs. Quand on est passionné, on ne fait jamais de pause et on ne s’ennuie jamais.

Suivre Arabella :