Mathieu Desailly

1. Dolomedes fimbriatus [araignée], par.- 10/2014.- Oeuvre réalisée à l'atelier Orgères, composée d'une mandoline, des pieds de deux synthétiseurs, des tête, mécanique et graine de guitares, de trois pistons de trompettes, de leviers d’étouffoir de piano, d'un poids de 60 kg et de dimensions 1216x1316x700 mm.

1. Dolomedes fimbriatus [araignée], par Mathieu DESAILLY, Vincent GADRAS et David CHALMIN.- 10/2014.- Oeuvre réalisée à l’atelier Orgères, composée d’une mandoline, des pieds de deux synthétiseurs, des tête, mécanique et graine de guitares, de trois pistons de trompettes, de leviers d’étouffoir de piano, d’un poids de 60 kg et aux dimensions 1216x1316x700 mm.

Mathieu DESAILLY, tour à tour décorateur pour le cinéma, le théâtre et l’opéra, graphiste pour des festivals, le spectacle vivant ou l’édition, opère un tournant dans sa carrière artistique il y a six ans, lorsqu’il participe à la quinzième édition de l’exposition L’art chemin faisant sur le thème « Montrer le son » à l’Atelier d’Estienne de Pont-Scorff en Bretagne. Il voit dans les instruments hors d’usage un outil de travail extraordinaire. Il souhaite les réinventer, leur donner une nouvelle vie. C’est sous forme d’arthropodes, des animaux à l’exosquelette articulé, qu’il les fera alors renaître. Sa première création, un scarabée, est composée de matériaux issus de deux pianos. Souhaitant insuffler du mouvement à ses créatures, Mathieu DESAILLY s’associe à Vincent GADRAS, scénographe-machiniste pour le cinéma, le théâtre et la danse. C’est ensuite David CHALMIN, un jeune compositeur de talent, qui se greffe au projet, écrivant pour chaque créature animée une partition, un court morceau. Souhaitant développer leur création sous forme d’un bestiaire, à la croisée des chemins entre science, musique et art visuel, ils créent le collectif Tout reste à faire.

2. Méloé proscarabeus [méloé], par .- 04/2016.- Oeuvre réalisée à l'Ecomusée du Pays de Rennes, composée de sept batteries, un tambourin, deux enceintes, cinq clarinettes, huit violoncelles, d'un poids de 90 kg, aux dimensions 2300x1300x1695 mm.

2. Méloé proscarabeus [méloé], par Mathieu DESAILLY, Vincent GADRAS et David CHALMIN.- 04/2016.- Oeuvre réalisée à l’Ecomusée du Pays de Rennes, composée de sept batteries, un tambourin, deux enceintes, cinq clarinettes et huit violoncelles, d’un poids de 90 kg, aux dimensions 2300x1300x1695 mm.

Aujourd’hui, Mathieu DESAILLY sillonne la France avec ses deux comparses au gré des expositions et festivals. À chaque escale naissent myriapodes, crustacés, arachnides et insectes réalisés lors de performances publiques. Sous les regards attentifs et parfois intrigués du public, les artistes démontent les instruments usagés, accumulés au fil des années, en déforment les pièces, les façonnent et les assemblent. Les hybrides ainsi créés retournent ensuite en atelier afin que le mouvement leur soit insufflé et le son implémenté. Ils sont finalement dotés d’une boîte indiquant, à la manière des étiquettes entomologiques, leur nom scientifique et vernaculaire, les matériaux de fabrication, la date et la ville de création. Réalisées à l’échelle humaine, ces créatures articulées rendent visible l’invisible. Souvent exposées dans des espaces immersifs, comme un champ en friche, des vivariums installés au sein d’un muséum ou encore sur les établies d’une usine désaffectée, elles suscitent la curiosité et mettent à l’honneur des animaux souvent méconnus et dénigrés. Elles révèlent également au public la face cachée des instruments de musique : l’intérieur d’un harmonium, les marteaux du piano, les mécaniques de l’accordéon…

3. Scolopendra cingulata [scolopendre.- 07/2018.- Oeuvre composée d'un piano à queue, de deux pianos droits, d'un piano pneumatique, d'une mandoline chinoise, d'un accordéon et de deux grelots à clochettes, d'un poids de 120 kg, aux dimensions 2800x1600X870 mm.

3. Scolopendra cingulata [scolopendre], par Mathieu DESAILLY, Vincent GADRAS et David CHALMIN.- 07/2018.- Oeuvre composée d’un piano à queue, de deux pianos droits, d’un piano pneumatique, d’une mandoline chinoise, d’un accordéon et de deux grelots à clochettes, d’un poids de 120 kg, aux dimensions 2800x1600X870 mm.

Actuellement au nombre de dix, ces êtres constituent une collection vouée à se développer, constituant un véritable bestiaire utopique, fruit de la rencontre entre l’univers musical et entomologique. Dans les années à venir, le collectif souhaite notamment se produire sur les continents africain et asiatique afin de travailler à partir d’instruments traditionnels locaux. Le bestiaire est par ailleurs à découvrir dès à présent et jusqu’au 3 août au festival Paris l’été. Qui le souhaite peut également faire don d’instruments cassés ou désuets afin de leur offrir une seconde vie.

Suivre Mathieu DESAILLY : 

Rachel Chenu
rachel.pausart@gmail.com