Pádraig Spillane

Pádraig Spillane

1. A New Place to Touch, par Pádraig SPILLANE.- 2017.- Installation réalisée avec cadre en acier et PVC présentée au Sirius Art Centre de Cobh, au format 106x132x170 cm.

1. A New Place to Touch, par Pádraig SPILLANE.- 2017.- Installation réalisée avec cadre en acier et PVC présentée au Sirius Art Centre de Cobh, au format 106x132x170 cm.

Pádraig SPILLANE est philosophe et photographe de formation. En 2010, il cofonde Stag & Deer avec Pamela CONDELL et organise des expositions photographiques au sein d’espaces éphémères. Le dialogue qui se crée entre la deuxième et la troisième dimension dans l’image photographique l’intrigue. Il reprend donc ses études au Crawford College of Art and Design afin de développer un art pluridisciplinaire, mélangeant photographies, collages, sculptures et installations. Par le croisement des techniques et des mediums, c’est la relation entre image et objet et leur rapport au spectateur que SPILLANE explore. Son travail actuel porte notamment sur la représentation du corps à l’ère de l’ultra médiatique et technologique. Les avancées médicales et bio-pharmaceutiques permettent aujourd’hui la reconstruction des corps, la création de membres en titanes, l’impression d’organes. Comment percevoir cette nouvelle malléabilité du corps ? Vers quoi évoluons-nous ? Ces questions font naître chez nos contemporains à la fois anxiété et fascination pour l’homme-machine, figure emblématique de la science fiction. Les Cybermen de la série Dr Who – des entités biologiques améliorées cybernétiquement jusqu’à perdre leur humanité et ne conserver que quelques parties de leur structure organique initiale – sont ainsi à l’origine des œuvres anthropomorphiques de l’artiste, comme A New Place to Tuch, une cabine rectangulaire à taille humaine constituée d’une structure en acier et de parois en PVC, réinterprétation de l’ouvrage de Robert MORRIS Box for Standing, une boite rectangulaire construite aux dimensions de l’artiste, telle une empreinte de sa présence.

2. Crush (Every Time We Touch), par Pádraig SPILLANE.- 2015.- Installation présentée dans le cadre de l’exposition This is not my voice speaking à la Wandesford Quay Gallery de Cork, réalisée avec une impression laser au format 84,1cmx118,9cm et un balai brosse au format 40cmx150cmx10cm.

La perception que nous avons de notre corps est modifiée par les nombreuses avancées technologiques qui ont marqué notre ère mais également par la prolifération des médias et l’instrumentalisation du corps comme image de désir. Avec ses collages photographiques, ses installations, SPILLANE extrait des magazines de mode, de la presse ou de la publicité, les images du désir – postures, gestes ou expressions suggestifs – les rendant étranges et désincarnées. Il interroge alors notre rapport au corps : comment le désirons-nous ? Qu’est-ce qui nous repousse ? Dans son œuvre Crush (Every Time We Touch) associant la photo haute définition d’une langue saillante à un balai-brosse, il crée un certain malaise. Cette partie du corps, siège du désir et de la rencontre amoureuse est aussi le lieu de communication ou de contamination.

3. What You Don’t Know, par.- 2014.- Collage digital au format 45x58cm.

3. What You Don’t Know, par Pádraig SPILLANE.- 2014.- Collage digital au format 45x58cm.

Le corps est décrit, dans l’œuvre de SPILLANE, comme un objet anthropologique socialement construit, la perception et la représentation de notre corps évoluant avec notre société, au gré des mutations sociales, médicales, religieuses ou politiques. Ses travaux ont ainsi été présentés l’an dernier à la Crawford Art Gallery, dans le cadre de l’exposition Naked Truth: The Nude in Irish Art, retraçant l’évolution de la représentation du nu du Moyen-Age à nos jours dans l’art irlandais.
Parallèlement à son travail artistique Pádraig SPILLANE poursuit une carrière curatoriale au restaurant-galerie Sternview Gallery, Nash 19 et enseigne la photographie au Department of Fine Art & Applied Art du Cork Institute of Technology.

Suivre Padraig SPILLANE :

Rachel Chenu
rachel.pausart@gmail.com