Séan Hanrahan

Séan Hanrahan

1. Fragmentation- (division), par Séan HANRAHAN.- 2017.- Sérigraphie réalisée avec peinture aérosol et gouache sur toile de lin, au format 50x60x4cm.

1. Fragmentation- (division), par Séan HANRAHAN.- 2017.- Sérigraphie réalisée avec peinture aérosol et gouache sur toile de lin, au format 50x60x4cm.

Séan HANRAHAN cherche à travers son art à sortir des sentiers battus, après un parcours académique à la School of Art and Design de Limerick et au Crawford Art College de Cork. Il ne s’impose pas de limites. Aucune règle ou structure dans sa pratique artistique, il aime adopter plusieurs styles. La photographie a bien souvent été le medium le plus à même de donner corps à ses idées, mais il n’hésite pas à user de la peinture, du collage, de la gravure ou encore de la sérigraphie. Il peut ainsi réaliser simultanément des clichés figuratifs et des tableaux abstraits. Ses œuvres abstraites sont la mise en images des histoires qu’il s’est inventé, des conversations qu’il a entendu, des personnes auxquelles il s’est senti connecté (Image 1). Ses réalisations figuratives ont quant à elles  généralement une portée métaphorique, nous invitant à aller au-delà de la représentation. Au travers de portraits pixelisés, il exprime ainsi l’impuissance du photographe à capturer la personnalité et l’essence d’un individu, l’image n’étant qu’illusion et simulacre (Image 2).

2. Klodetta, par Séan HANRAHAN.- 2017.- Sérigraphie en trois couleurs, au format 76x56cm.

2. Klodetta, par Séan HANRAHAN.- 2017.- Sérigraphie en trois couleurs, au format 76x56cm.

Aujourd’hui, il mène une réflexion sur les pouvoirs mémoriel et psychologique des fleurs. Ce projet découle d’un long processus artistique. C’est en 2014 lors de son exposition personnelle au Centre d’art moderne et contemporain de Vitebsk en Biélorussie que naissent ses premières interrogations sur la signification cachée des plantes. Une tentative initiale de créer un corpus d’œuvres reflétant les similitudes entre les cultures traditionnelles biélorusse et européenne le conduit en effet à s’intéresser à l’art populaire, aux images de chasse médiévale, aux gravures sur bois russes du 17ème siècle et à l’art de la Renaissance italienne. La redécouverte de Primevera de Sandro BOTTICELLI en 1492 lui apporte une nouvelle compréhension du thème. Naissent alors plusieurs sérigraphies sur contreplaqué représentant une nature sauvage et symbolique. La visite de l’exposition Metamorphosis: Fantasy Visions à Starewitch, Svankmajer et les frères Quay au Centre de culture contemporaine de Barcelone (CCCB), présentant quatre cinéastes d’animation évoluant dans des univers grotesque et fantasmagorique, renforce sa volonté de créer une œuvre à la portée métaphysique.

3. Q 23, par Séan HANRAHAN.- 2018.- Photographie digitale.

3. Q 23, par Séan HANRAHAN.- 2018.- Photographie digitale.

Très marqué par le travail des premiers photographes botaniques utilisant la technique de l’autochrome tels que Karl BLOSSFELDT, Charles JONES ou Leendert BLOK, il a débuté il y a quelques mois un nouveau projet expérimental regroupant cent clichés de fleurs. Cette séquence photographique ne constitue pas une étude scientifique des plantes mais cherche à invoquer des souvenirs et des expériences psychologiques chez le spectateur. Porteuses de symboliques, les fleurs représentent pour certains la nature, les saisons ou le cycle de la vie. Pour d’autres, elles ont une signification romantique. Des œuvres de la série sont actuellement exposées à la galerie Rua Red de Dublin, ou sont en vente en ligne sur les sites des galeries SO Fine Art Editions et The Library Project représentant l’artiste.

Suivre Séan HANRAHAN :