Marianne Vinegla Camara

Marianne Vinegla Camara

1. Photographie de Marianne VINEGLA CAMARA, par Maya BAGHIROVA.- 2019.

1. Photographie de Marianne VINEGLA CAMARA, par Maya BAGHIROVA.- 2019.

Marianne VINEGLA CAMARA est une artiste autodidacte à la sensibilité exacerbée, l’émotion rythme sa création. Elle s’exprime à travers différents médiums, essentiellement l’écriture ou le dessin. En 2009, Marianne décide de partager ses écrits par le biais de lectures publiques auxquelles elle est conviée. Cette expérience encourage alors l’artiste à dévoiler davantage sa créativité, pour enfin présenter ses premiers dessins. C’est à cet instant que tout s’enclenche ; provocation d’un déclic chez Marianne. L’inspiration devient son guide artistique, elle n’hésite pas à explorer et créer sur différents supports.

2. Affiche pour la pièce de théâtre La Robe rouge écrite par Marianne VINEGLA CAMARA et mise en scène par Sophie KNITTL-OTTINGER-CHEVALIER, par Delphine PROKESOVA.- 2019.

2. Affiche pour la pièce de théâtre La Robe rouge écrite par Marianne VINEGLA CAMARA et mise en scène par Sophie KNITTL-OTTINGER-CHEVALIER, par Delphine PROKESOVA.- 2019.

Nous ne pouvons évoquer un artiste quelconque, un mouvement spécifique pouvant influencer le travail de Marianne VINEGLA CAMARA. Une certaine analyse de la société, plus particulièrement de l’Humain en tant que tel, se cache derrière son œuvre. Une expression de l’Etre et de ses aspects les plus sombres, les monstruosités que nous nous affligeons à travers toutes les perversités dont nous sommes capables. L’artiste se définit comme misanthrope humaniste, la critique de notre Humanité est ce qui la motive.
Les Sombres, ces poupées actuellement en résidence au 59 Rivoli à Paris, représentent nos multiples, elles sont peut-être bien l’équivalent de ces amis imaginaires de notre enfance, êtres à part entière, aptes à nous entendre, à nous écouter, à garder nos secrets ou à sublimer nos blessures pour mieux les apaiser et donc, les supporter… Un livre est en préparation à ce sujet. Dans cette même série, Marianne travaille actuellement sur une œuvre interactive autour de la colère. La Gardienne de Colères, une Sombre (poupée) d’1,80 mètre attenant à une autre poupée ; cette dernière incarne la Colère en tant que telle. Présente au 59 Rivoli, la gardienne récoltera tous les maux et mots du Public, leur colère enfuie, qu’il pourra inscrire sur un papier. Quant à l’issue de cette récolte, l’artiste envisage éventuellement une performance à travers laquelle elle créera une troisième poupée faite des mots récoltés, qu’elle brûlera peut-être à l’avenir.

3. Photographie de Marianne VINEGLA CAMARA, par Maya BAGHIROVA.- 2019.

3. Photographie de Marianne VINEGLA CAMARA, par Maya BAGHIROVA.- 2019.

Laissant parler ses émotions et sa créativité à travers différents supports, Marianne VINEGLA CAMARA a également écrit une pièce de théâtre ; La Robe Rouge, mise en scène par Sophie KNITTL-OTTINGER – Chevalier des arts et lettres – et prochainement publiée en livre. L’œuvre brosse le portrait de Jo, bientôt septuagénaire, ancienne égérie, très belle, bafouée par le temps, et par d’autres jeunesses. Elle est hantée par des souvenirs de soirées enivrantes, mais surtout par la vieillesse qui s’approche, qui est là, et par beaucoup de déceptions et de regrets. On la sent envahie par une solitude palpable, qui la ronge, qui lui fait peur, et dont elle se nourrit. Cette solitude la rend fragile, malheureuse, perdue. La pièce prend forme sous 12 tableaux -12 « respirations » – représentatifs des pensées et des divagations de Jo. Elle se jouera les 9 et 10 mars 2019 à la MPAA Broussais dans le 14ème arrondissement.

Suivre Marianne VINEGLA CAMARA :