Angela Gilmour

Angela Gilmour

1. The Sum of All Parts, par Angela GILMOUR.- 2016-2017.- Exposition personnelle itinérante promouvant la collaboration entre sciences, technologies, ingénieries, arts et mathématiques financée par la Science Foundation Ireland.

1. The Sum of All Parts, par Angela GILMOUR.- 2016-2017.- Exposition personnelle itinérante promouvant la collaboration entre sciences, technologies, ingénieries, arts et mathématiques financée par la Science Foundation Ireland.

Originaire d’Écosse, Angela GILMOUR a travaillé comme ingénieure dans le domaine de la nanotechnologie et de la cristallographie, suite à l’obtention d’un baccalauréat spécialité Physique et d’une maîtrise en Sciences à l’University of the West of Scotland. Après dix-sept ans de carrière, et désormais domiciliée en Irlande, elle opère un changement drastique dans sa vie et décide de revenir aux études afin de développer une pratique artistique professionnelle. Restée très marquée par sa formation scientifique, chaque œuvre est pour elle l’opportunité d’explorer le lien entre arts et sciences, deux champs destinés à l’observation et à l’analyse du monde intelligible. Diplômée avec les honneurs du Crawford College of Art and Design à Cork en 2015, elle collabore aujourd’hui avec de nombreuses institutions scientifiques. Elle a notamment effectué une résidence à Tyndall et au Centre irlandais d’intégration photonique (IPIC) en 2016, afin de sensibiliser le public à la science par le biais d’expositions artistiques, de journées portes ouvertes et de conférences.

2. Sample 1403 and 713, par Angela GILMOUR.- 2017.- Installation sérigraphiée au format 60x26cm.

2. Sample 1403 and 713, par Angela GILMOUR.- 2017.- Installation sérigraphiée au format 60x26cm.

Échanger avec des chercheurs et scientifiques fait depuis lors partie intégrante de sa démarche artistique. Car c’est en véritable scientifique qu’Angela GILMOUR aborde chaque nouveau projet. A la création précède une longue période d’observation et d’analyse du sujet, de croquis, de recherches, de discussions. Pour l’artiste, c’est l’observation du détail ou du macroscopique qui, en art comme en sciences, nous ouvre les portes de la connaissance et crée un lien d’intimité avec le sujet. Au travers de ses réalisations, c’est la perception de notre environnement, le plus banal et familier, qu’elle cherche à bousculer. Ses œuvres lui sont inspirées par la nature, mais aussi par les antiquités et vieux objets. Son atelier, véritable cabinet de curiosités, est peuplé d’appareils photo argentiques, de machines à écrire, de cartes maritimes, de casques, d’appareils de mesures scientifiques et d’autres objets étranges ou incongrus glanés chez les antiquaires. Dans ces objets résonne l’écho d’un passé fantasmé où le monde n’était pas encore dominé par nos technologies avancées.

3. Virgin Mary's Bank, Inse Duine I, par Angela GILMOUR.- 2018.- Tableau réalisé à l'eau-forte au format 64x51cm.

3. Virgin Mary’s Bank, Inse Duine I, par Angela GILMOUR.- 2018.- Tableau réalisé à l’eau-forte au format 64x51cm. 64cm x 51cm

Actuellement en préparation d’une résidence de trois semaines organisée par The Farm Inc de New York, qui aura lien au cours de l’été 2019 dans le cercle polaire arctique, elle étudie à présent la géologie et les paysages menacés et voués à disparaître. Ainsi, si aujourd’hui ce sont les côtes irlandaises qu’elle arpente, à l’affût du moindre détail, bientôt ce seront les glaciers du Pôle Nord qu’elle observera à la loupe, récoltant informations et échantillons. Bien que jusqu’ici elle utilisait majoritairement des techniques mixtes pour donner vie à ses œuvres, pour ce nouveau projet, elle souhaite revenir à des techniques plus académiques de dessins, peintures et gravures. Ainsi, tout comme la science, l’œuvre d’Angela GILMOUR est en perpétuel changement, prête à muter et à évoluer à chaque nouvelle découverte et expérimentation.

Suivre Angela GILMOUR : 

Rachel Chenu
rachel.pausart@gmail.com