Jadikan

1. Expérience Light painting Jadikan, par KAAYA production.- 01/2018.- Vidéo.

1. Expérience Light painting Jadikan, par KAAYA production.- 01/2018.- Vidéo.

Si vous êtes du genre globe-trotteur, vous avez peut-être déjà rencontré JADIKAN dans son ancienne vie, costume-cravate en France ou en Asie. Économiste de formation, il a tout quitté pour s’adonner à ce qui l’animait vraiment, le lightpainting. Cette pratique qui allie photographie et performance est une « chorégraphie lumineuse pour une capture photographiquemais ce n’est pas enregistrer quelque chose d’existant, c’est utiliser la lumière pour créer un autre univers sur une base réelle » selon l’artiste. Vous n’avez jamais entendu parler de lightpainting ? Pourtant PICASSO le pratiquait déjà ! Aucune école n’enseignant cette pratique, c’est seul que JADIKAN s’est lancé. Appareil photo sur trépied et lampe à la main, il s’est dit que s’il avait « envie de faire quelque-chose, autant le faire ». Il expérimente beaucoup, innove en permanence. Son nom d’artiste signifie d’ailleurs « faire », « transformer », « créer » en malaisien. La créativité et l’innovation sont ses maîtres-mots. La force de JADIKAN, c’est cette capacité à savoir se réinventer pour offrir toujours plus à son art. Ce qu’il veut, c’est apporter du volume, du relief, car les tirages photographiques de ses œuvres lui ont « toujours paru un peu plat pour visualiser le volume des sculptures lumineuses ». Il se décline donc : photographie en relief, vidéo, espace immersif à 360 degrés, bullet-time,… Les idées les plus folles sont permises. Et tout cela dans le but de « faire partager aux gens, leur faire vivre quelque chose de différent ».

2. 66 secondes, par JADIKAN.- 02/2009.- Photographie.

2. 66 secondes, par JADIKAN.- 02/2009.- Photographie.

Véritable artiste de terrain, JADIKAN aime « l’intervention in situ » et les contraintes qui vont avec. Les lieux dans lesquels il intervient lui « tombent dessus ». Des lieux où « il y a eu de la vie et où il n’y a plus rien » et qui remplissent les critères essentiels à la réalisation de ses projets : pas de lumière ni de passage. Car JADIKAN, en bon perfectionniste qui se respecte, aime passer du temps sur un cadrage afin d’en tirer le meilleur. Véritable performeur nocturne, la nuit est limitée et le temps lui est compté.
Pour ses réalisations personnelles, pas de croquis, seul l’instant présent compte, et l’inspiration que lui apporte le lieu. « Quand je pars avec une idée en tête généralement je ne la réalise pas et je fais autre chose ». C’est aussi ce ressenti spontané qu’il cherche à provoquer chez les autres. Ces œuvres n’ont pas de message défini pour laisser libre cours à l’imagination de celui qui les regarde, « il n’y a pas de militantisme particulier ». Et pourtant chaque œuvre a sa propre histoire, « il y a beaucoup de vécu dans chacune des photos, parce qu’elles sont le résultat de performances réelles ».
Entre rigueur et liberté immense, le lightpainting se veut une discipline de la créativité. Les manières de faire peuvent être déclinées à souhait afin de diversifier le rendu final. Au-delà de la « bidouille pour créer des sources lumineuses différentes », il y a la manière de les utiliser, de « se déplacer rapidement, proche du sol pour avoir des reflets », les possibilités n’ont comme limite que celle de l’imagination humaine.

3. Burning drones, par JADIKAN.- 2018.- Photographie d'un projet en cours.

3. Burning drones, par JADIKAN.- 2018.- Photographie d’un projet en cours.

Ce qui a toujours beaucoup plu à JADIKAN, c’est que l’on puisse « faire entrer ce que l’on veut dans cette discipline. Les gens qui font de la danse vont plutôt travailler sur le mouvement, ceux qui font du graffiti plutôt sur le lettrage, les bricoleurs auront de nouvelles lampes ». Pour ses réalisations personnelles, c’est souvent seul que JADIKAN réalise ses prises de vue. Non pas par manque de confiance envers les autres, mais plus par désir de correspondre le plus possible à ce qu’il imagine. L’organisation et les contraintes ne sont pas les même pour les travaux de commande ; il s’entoure généralement d’une équipe pour monter des projets plus ambitieux comme ce lightpainting monumental à plus de 3200 mètres d’altitude sur un glacier des Alpes.
Avec la tête plongée à la fois dans l’obscurité de la nuit et dans la lumière des lampes, JADIKAN envisage toujours des projets « techniquement faisables » et réussit pourtant à faire voguer notre imagination dans des recoins encore inexplorés.

Suivre JADIKAN : 

Bérangère DUQUENNE
berangere80200@hotmail.fr


Découvrez aussi

Teddy Locquard
Miss Myn
Quentin Carnaille