Fiona Luciani

Fiona Luciani

Fiona a 28 ans, elle habite à Paris. Elle a débuté son activité d’illustratrice il y a un an et son éventail de créations s’agrandit chaque jour depuis. Son sujet de prédilection ? La femme. Elle porte également une attention particulière à la nature. La Corse dont elle est originaire inspire son œuvre avec sa flore sauvage, ses couleurs et son parfum. Interview.

1. Portrait de Fiona Luciani, par Valérie Luciani - 2018.

1. Portrait de Fiona Luciani, par Valérie Luciani – 2018.

Comment avez-vous débuté dans l’illustration ?
Après un Bachelor de Styliste Designer textile, j’ai travaillé au sein de différents studios de création. De la Haute Couture au bijou fantaisie en passant par le prêt-à-porter, mon regard s’est aiguisé.
C’est pendant une période creuse liée à un problème de santé que j’ai ressenti l’urgence et le besoin de continuer à créer. Il était vital et essentiel pour moi de nourrir ma créativité. Dessiner la mode m’a tout de suite semblé évident. Comprendre comment les différentes formes et matières prennent la lumière. Travailler la couleur, observer plus intensément les attitudes féminines et ce que transmettent leur regard. Je me suis sentie alors tellement épanouie et en accord avec moi-même que j’ai décidé de devenir illustratrice.

Comment démarchez-vous vos clients ?
Nous avons la chance aujourd’hui d’avoir à portée de clics une vitrine pour notre travail. Instagram, par exemple, qui est mon premier moyen d’expression et de promotion, me permet de montrer au monde entier mes créations. Cet outil m’aide également à avoir une analyse en temps réel de ce qui plaît ou non. Même si la plateforme a ses limites, c’est l’endroit où je fais les plus jolies rencontres et où je trouve principalement mes clients. Parfois, je les sollicite moi-même en les invitant à découvrir mon univers ou je reçois des propositions de collaboration en tous genres. C’est aussi en parlant de mon travail autour de moi que des opportunités arrivent, parfois très inattendues !

Quel est votre processus de création pour répondre aux besoins spécifiques de chaque client ?
Une bonne communication est la clé d’une collaboration réussie. J’apporte une attention particulière aux attentes de chaque client et j’y réponds au mieux tout en gardant mon univers. Je propose parfois plusieurs angles d’approche, plusieurs interprétations d’un même thème ce qui est aussi très apprécié. C’est ensuite à partir d’un brief détaillé que commence un travail de recherches de couleurs, techniques et iconographiques. Je passe ensuite par plusieurs étapes de sketchs jusqu’à la validation du projet par le client. Enfin, j’attaque ma partie préférée : la réalisation finale et la mise en couleur.

2. Portraits Goute moi, Aquamarine, Linéaire, Iris, Pensive et Fraîche, par Fiona LUCIANI.

2. Portraits Goute moi, Aquamarine, Linéaire, Iris, Pensive et Fraîche, par Fiona LUCIANI.

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?
J’ai une collection de livres d’art dans ma bibliothèque que j’aime feuilleter et refeuilleter à l’infini. Je m’inspire aussi beaucoup de la poésie, elle stimule mon imagination et ma sensibilité. Instagram et Pinterest sont aussi bien sûr de bons outils non négligeables. Cependant, mes émotions restent je pense ma principale source d’inspiration. En effet, je me suis rendue compte que mes illustrations reflétaient mon état d’esprit du moment. Souvent, le choix du sujet, des couleurs et de l’atmosphère en dépend.

Quels sont les artistes ou mouvements qui vous inspirent le plus ?
J’admire le travail de collage de Rocio MONTOYA qui allie nature et féminité à la perfection. J’aime aussi beaucoup l’univers de Trash Riot qui combine cosmos et vintage, magnifique ! Laura BERGER et sa douce palette de femmes, Henri MATISSE pour son merveilleux travail de couleur, Stéphane MALLARME pour ses combinaisons de mots… La liste pourrait être très longue !

Selon vous, la mode est-elle un art ?
Commençons par « Qu’est-ce que l’art… vous avez 4 heures ! » Ahah !
Je ne pense pas qu’il y ait une « bonne » réponse. Pour moi, la mode est un moyen d’expression à part entière et de fait une forme d’art. Elle fait appel à la créativité, provoque des émotions, fait l’objet de débat, elle reflète l’actualité et véhicule des messages. La mode s’inspire et mélange les arts comme par exemple, la peinture (MONDRIAN chez YSL), le design (Hussein CHALAYAN), l’architecture, la musique, la photo, etc. Je finirai par une citation de Coco CHANEL : « La mode n’est pas quelque chose qui existe uniquement dans les vêtements. La mode est dans l’air, portée par le vent. On la devine. La mode est dans le ciel, dans la rue. »

3. Carolina HERRERA, Miumiu, To the Moon, Vases, U Paesu et Le pouvoir des fleurs, par Fiona LUCIANI.

3. Carolina HERRERA, Miumiu, To the Moon, Vases, U Paesu et Le pouvoir des fleurs, par Fiona LUCIANI.

Qu’est-ce que vous aimez le plus et a contrario le moins dans votre métier ?
J’ai encore du mal à l’appeler ainsi parce que j’ai la chance d’avoir pu faire de ma passion mon métier. Chaque journée est différente et chaque projet une nouvelle aventure.

Travailler les formes et la couleur est un booster d’énergie incroyable !
La chose que je chéris le plus aujourd’hui, c’est ma liberté. Être libre de dessiner dans n’importe quel environnement, libre pour tester, de choisir, libre de faire ce que j’aime. Mais cette liberté a ses limites et la solitude en est une. Lorsque l’on travaille seul, on est constamment en train de se remettre en question, de douter. L’instabilité financière quand on débute dans l’illustration est aussi une facette bien réelle et parfois décourageante. Cependant, j’aime me dire que le jeu en vaut la chandelle.

Quelles qualités doit avoir un illustrateur ?
Difficile de n’en choisir qu’une… Prendre le temps de regarder intensément ce qui nous entoure, observer les formes, les couleurs et les textures. Être curieux de tester différentes techniques et supports. Curieux de connaître d’autres formes d’art quelles qu’elles soient. Curieux d’apprendre, d’écouter, de toucher. Patience et persévérance sont aussi très importantes. Ne pas avoir peur de rater, recommencer, apprendre et s’exercer toujours plus. Je pense qu’il faut être avant tout passionné.

Comment définiriez-vous votre travail artistique ?
Des portraits de femmes travaillés au graphite, des plantes, des motifs à l’aquarelle et plus récemment des petits objets du quotidien. Mon univers est définitivement imprégné de féminité et de romantisme. La dimension végétale que j’insuffle à mes illustrations reflète certainement mon amour de la poésie. Comme le dit Simone DE BEAUVOIR: « On ne naît pas femme, on le devient » et je crois que l’illustration m’aide chaque jour à en devenir une.

Avez-vous de futurs projets et rêves en tête ?
Je collectionne les petits carnets en tous genres et collaborer avec une marque de papeterie ou même créer la mienne serait une superbe aventure. C’est un joli support pour l’illustration qui me plaît beaucoup. Appliquer mes motifs à la mode serait aussi un rêve, revenant ainsi à ma formation de designer textile. Amoureuse des plantes, je travaille en ce moment sur des planches d’herbier sous forme de tableau végétal. Je ne sais pas encore comment exploiter cette nouvelle dimension mais j’ai quelques idées…

Suivre Fiona Luciani : 



Découvrez aussi

Emilie Teillaud
Olga Lupi
Miss Myn