Ti Fleur Henné

Ti Fleur Henné

Pratique ancestrale héritée du Maghreb et de l’Inde, le tatouage au henné s’est aujourd’hui popularisé et européanisé. A son échelle, Ti Fleur Henné contribue à la démocratisation de cet art.

1. Motif tatoué au henné sur deux mains, par Ti Fleur Henné.

1. Tatouage au henné, par Ti Fleur Henné.- 09/2017.

Rien a priori ne destinait la jeune femme, originaire de l’île de la Réunion, à pratiquer au quotidien la pose du henné. En effet, après des études en téléphonie, Nadia de son vrai nom travaillait alors dans le milieu de la communication. C’est lors d’un mariage indien en 2014 que sa vie a pris un autre tournant. Comme le veut la tradition, les invitées sont conviées à faire la queue afin de se faire tatouer au henné. Face à l’attente trop longue, Ti Fleur Henné s’empare du tube contenant le henné et se tatoue elle-même, à main levée. Le résultat est stupéfiant, le dessin est réussi. Les autres invités reconnaissent unanimement son talent. Le déclic a lieu. « Depuis toujours, j’aime les travaux manuels : dessiner, créer, décorer. Je pense que mon côté artiste sommeillait en moi et n’attendait que d’être développé. » La suite est une succession de recherches sur cet art, de démarches afin d’en faire son métier. En changeant de voie professionnelle, c’est l’approche artistique de son île que la jeune femme a voulu changer. Le henné bien qu’énormément pratiqué en Inde, ne l’est que très peu à la Réunion, où se trouvent pourtant plus de 20 % d’indiens. Y développer un art nouveau était donc l’objectif que s’était fixée Ti Fleur Henné en débutant.

2. Tatouage au henné, par TI FLEUR HENNE ; Photographe : Sébastien MOUTAMA, Modèle : DS SARCIVE.- 09/2017.

2. Tatouage au henné, par Ti Fleur Henné ; Photographe : Sébastien MOUTAMA, Modèle : DS SARCIVE.- 09/2017.

Autodidacte, Ti Fleur Henné a puisé ses idées dans son imagination. Les tatouages varient : fleurs, fresques, rosaces, spirales, mandalas,… « Le but est d’embellir une partie du corps. » Le rendu visuel est donc primordial. Sa clientèle est principalement constituée de femmes qui en veulent un pour une occasion spéciale : une soirée, un anniversaire, une prestation. Le tatouage au henné n’est désormais donc plus exclusivement pratiqué dans le

domaine religieux ; il est devenu populaire. De plus en plus de femmes se parent de dessins au henné comme de bijoux. Les années passent et mains, bras et pieds défilent devant la jeune femme. Forte de son expérience, Ti Fleur Henné décide d’innover. Imaginative, elle tatoue par exemple des ventres de femmes enceintes, proposant ainsi de les sublimer (Image 2). Elle tient à préciser que « le henné est 100 % naturel, aussi il n’y a aucun danger ni pour le bébé ni pour sa mère ». Après trois années dédiées à enjoliver le corps des femmes, Ti Fleur Henné sait pourquoi elle a choisi de changer de vie du jour au lendemain : « Le henné a une fonction libératrice et apaisante : j’exprime ma créativité et ça me fait du bien. » Son pseudonyme traduit bien le plaisir éprouvé à la pratique de cet art : telle une fleur au contact du soleil, la jeune femme s’épanouit à celui du tatouage. Interrogée sur les techniques utilisées pour les produire, elle explique que tout repose sur le talent. Ainsi, savoir dessiner constitue la base. Pour le reste, il faut être doté d’une bonne dose d’imagination et de concentration. Le tatouage au henné demande en effet un travail minutieux. Pour obtenir un résultat raffiné, il faut d’abord une pâte ni trop épaisse ni trop fine. La beauté du tatouage dépend de la dextérité et de la précision irréprochables de l’artiste. Pour un tatouage sur les deux mains par exemple (Image 1), la difficulté réside dans le fait de faire coïncider les lignes afin que mises côte à côte, elles forment un dessin final. Un moment d’inattention pourrait être à l’origine d’un trait de travers et ainsi fausser l’ensemble. A la difficulté de dessiner avec une pâte, s’ajoute celle de travailler sans accessoires. Comme la plupart des professionnels Ti Fleur Henné exerce à main levée, sans calque ni pochoir car le henné se travaille de façon « instinctive ».

3. Tatouage au henné au dos, par Ti Fleur Henné.- 04/2017.

3. Tatouage au henné, par Ti Fleur Henné ; Modèle : Nolwen BOYER.- 04/2017.

Séduites par le travail de l’artiste, certaines femmes décident de conserver un souvenir de leur tatouage en s’adonnant à une séance de photos (Image 3). C’est de cette façon qu’émerge dans l’esprit de Ti Fleur Henné l’idée de collaborer avec des photographes. Quotidiennement, la jeune artiste tient un stand, que ce soit lors de fêtes foraines ou d’événements plus sérieux comme la lutte contre le cancer du sein. Elle est intervenue pour le Dipavali, fête tamoule qui s’est déroulée à la Réunion le 19 octobre dernier. Perfectionniste, Ti Fleur Henné veut toujours mieux faire, aussi réfléchit-elle sans cesse à de nouvelles idées afin de rester originale.

De l’originalité et de l’audace, il lui en a fallu pour réussir son pari fou : changer de vie pour vivre sa passion. F.S. de Monfort disait : « Le plus beau des métiers, c’est de vivre de sa passion ». Ce n’est pas la jeune Réunionnaise qui dira le contraire !

Suivre Ti Fleur Henné :

Marjorie De Larichaudy
m.delarichaudy@gmail.com


Découvrez aussi

Twenty Blood
Laurelarth
Goulven Labat